Site visité 58965 fois
Menu
L'ASSOCIATION
Nos Objectifs
Nous contacter
Adherer !

ACTIVITES DE l'ASSO
Hangars & Bases
News
Photos & diapos
Forum
Questions

ESPACE PRIVE
Acces membres
Acces bureau

Hangars et bases en France



En 1920, on dénombre en France une quarantaine de hangars, privés ou militaires. Ces bâtiments, de grande dimension, ont fortement participé aux progrès de l'architecture industrielle.

Actuellement, deux subsistent sans modifications des dimensions d’origine : le hangar Y à Chalais-Meudon, et le hangar Montebourg dans le Cotentin.

Ces hangars, classés monuments historiques, sont actuellement rénovés pour devenir des musées. Beaucoup de hangars ont été détruits, d'autres modifiés, comme ceux de Rochefort, amputés de la moitié de leur hauteur.

De nouvelles constructions sont donc nécessaires pour l'avenir du dirigeable.

Elles feront l'objet de recherches architecturales, perpétuant ainsi les relations entre architecture et aérostation.

Une base ne doit pas rester unique.

Le développement de nouveaux sites engendrera la constitution d'un réseau permettant de voler d'une base à l'autre.

Pour faire le point sur l'histoire des hangars et les possibilités actuelles, Objectif Base Dirigeables a organise un séminaire les 4 & 5 juin 2004, en collaboration avec une école d’architecture et un IUT génie civil.

ALBI :

Nous recherchons des informations sur l’histoire de ce hangar, pour lequel nous ne connaissons que 2 cartes postales. Il paraît être démontable, et devait être utilisé pour les manœuvres militaires.

AUBAGNE :

En 1916, la Marine française construit une base à Aubagne-Gémenos, destinée à abriter les grands dirigeables souples de la marque Astra. Après la guerre, le hangar est utilisé successivement comme camp d’exilés, camps de prisonniers allemands, puis garage de véhicules du Ministère de l’Intérieur. Il est détruit en 1988, par 2 déminages successifs. Aujourd’hui une zone industrielle s’est étendue à son emplacement.

 

BELFORT :

Cette base militaire comporte, comme les autres bases de l’Est, 2 hangars, destinés à abriter des dirigeables pour surveiller ou bombarder les allemands. Ces bâtiments connaissent plusieurs agrandissements successifs, pour suivre l’évolution des tailles des dirigeables. Au premier plan, les bâtiments annexes : poste de garde, ateliers, usine à hydrogène, …

L'Aéroparc de Breuil.

En 1909, les Ets Clément-Bayard décident de construire un hangar à l'origine prévu sur la propriété de Mr Clément à Pierrefont ( 60 ). Celui-ci choisit de construire le hangar à Lamotte à quelques kilomètres de là, près d'une usine de gaz.
En 1910 cette base est la plus moderne de France.
Portes à coulisses, éclairage électrique et chauffage à la vapeur.
L'hydrogène produit est pesé avant d'être employé.
Longueur  130 m, largeur 22 m et hauteur 28 m.
BRIOT Aviation

Hangar en toile – 1910 -

Utilisé pour les manœuvres de Picardie

Il abrite de nombreux dirigeables : « la Liberté », « la République », « Clément Bayard ».

 
CUERS :

Les hangars de Cuers-Pierrfeu sont construits en 1920, à partir d’éléments pris dans des hangars des bases de l’Est (Verdun, Toul, Epinal : démontés car trop petits pour accueillir les grands zeppelins).
L : 250 m, l : 40 m , h : 45 m
Cuers est le port d’attache du célèbre dirigeable Dixmude (226m de long), qui disparaît dans une tempête en Méditerranée avec tout son équipage (1923). Les hangars sont détruits en 1983, pour un coût de 1 200 000F. Leur emplacement est aujourd’hui occupé par une base aérienne.
Extrait de CPC Magazines n° 193 Auteur : M. Olivier LAUDRIN
http://perso.wanadoo.fr/m.coterot/page1.htm
Site de la defense

EPINAL

Construite en 1909, la base militaire comprenant 2 hangars abrite de nombreux dirigeables : « Commandant Coutelle », « Capitaine Ferber », «  La République ».
Ces hangars sont formés d’une charpente métallique en forme d’arches, recouverte de tôles. Les murs sont en brique creuse ; les portes sont montées sur des rails, et manœuvrées électriquement ou manuellement.
En 1918, les bâtiments sont donnés à la Marine, qui les démonte pour bâtir les hangars de Cuers.  

http://antoine.galmiche.free.fr/JG/DATA/Aero04.html

 
2 Hangars des Ets Astra ( ex Ets Edouard Surcouf )
et Ets Clément-Bayard.
Projet du hangar de Luçon 85 Vendée
Projet de Luçon  85 Vendée

En 1918, le ministère de la Marine ouvrit un concours pour la construction du centre aéronautique de Luçon ( 85 Vendée ).
Les Ets Fourré & Rhodes qui à l’époque construisaient le hangar de Montebourg ( 50 Manche ) remportent le concours.
A l’armistice de 1918 les travaux sont stoppés. Ce hangar n’a jamais été terminé, mais mérite d’être évoqué dans la liste des hangars français.
Les dimensions étaient impressionnantes :
Longueur 220, Hauteur 56 m et Largeur 109.60 m.
L’innovation : la charpente est composée de voussoirs en béton armé long de 10 m.
14 voussoirs composent un arc, les arcs sont tenus entres eux par des poutres en béton.
L’ensemble de la charpente est recouverte de tuile béton de 2.65 m x 2 m de largeur des Ets Minard.
Pour imaginer la hauteur de l’ouvrage en 1918 un croquis représentait l’Arc de triomphe de l’Etoile à Paris, à l’intérieur du hangar.

LUNEVILLE :

Peu d’informations sur ce hangar : entièrement en bois, il fut bâti pour abriter le dirigeable ‘Lallemand ». Il est détruit par un ouragan en 1912, et écrase le dirigeable.

MAUBEUGE

Hangar militaire, construit en 1911 : L : 116m, l : 42m, h : 30m.

Il peut abriter 2 dirigeables de petite taille, côte à côte. En 1913, il est allongé à 150m.

Il accueille divers dirigeables : « Dupuy-de-l’Homme », Montgolfier, Fleurus » , utilisés pour bombarder les bivouacs allemands. Puis les Allemands occupent Maubeuge, et agrandissent le hangar pour y mettre leurs zeppelins. En 1918, l’Armée Française reprend le hangar, et l’utilise comme hangar à chars. Il est finalement démonté pendant la 2ème guerre mondiale, pour une destination inconnue.


 
METZ

Construit en 1908 sur le plateau de Frescaty, ce hangar abrite le Zeppelin 1. La base de Metz se développe, et accueille pendant la 1ère guerre mondiale une compagnie de 160 aérostiers militaires.

http://www.republicain-lorrain.fr/XX_siecle/force_armee/dirigeable.htm

 

En 1905 création d'un parc aérostatique sur la commune de Beauval.
En Septembre1908 la société de dirigeables Astra fait construire par les Ets Michelin, un hangar, de 106 m de long, 17 m de large et 25 m de haut. En 1909, Astra assemble dans ce hangar le dirigeable " Colonel Renard ". Le dirigeable " Ville de Nancy " suite à un problème technique y effectue une escale pour réparation.
La même année l'Astra " Espana " réalise ses essais en vol avant d'être livré à son commanditaire, l'armée Espagnole au début de l'année 1910.
A visitez le site sur Beauval : MeauXfiles
http://home20.inet.tele.dk/fo/meauXfiles/beauval.htm
MEUDON

Premier hangar à dirigeables en France, pour le premier dirigeable français ayant réussi une boucle : « la France », piloté par Renard et Krebs entre Meudon et Villacoublay.
L'ingénieur De Dion (maître de Gustave Eiffel) a inventé ce type d'architecture de ferme sans entrait, permettant de dégager entièrement le volume intérieur.
Faisant appel a cette technique, le hangar des machines, après avoir participé à l'exposition universelle de 1878, a été démonté et reconstruit en 1880 pour
servir de hangar pour l'aérostation.
La  charpente métallique est en treillis, prenant en compte de façon innovante l'élasticité du matériau.
Actuellement ce hangar est en cours de restauration, avec un projet de « Centre européen de l'aérostation », destiné à devenir un lieu d'expositions, d'animations et de recherches. Un magnifique projet pour ce lieu chargé d'histoire.

MOISSON
Hangar construit par les Ets Sainte Beuve pour le fabricant de dirigeables Lebaudy.

Longueur 130 m, largeur 38 m et hauteur 30 m.

Il est construit dans une plaine bordée par des collines, faisant un rideau protégeant du vent les atterrissages.
Les murs latéraux sont inclinés, et le hangar est entièrement recouvert de tuiles mécaniques rouges. La baie d’entrée est close par une immense bâche que l’on écarte avec des cordages. Un fossé est creusé pour les nacelles (ce qui permet de gagner de la hauteur).

Il abrite le dirigeable « Russie ».
MONTEBOURG :

Centre des dirigeable de la marine de Montebourg.
Construit par les Ets Fourré & Rhodes.
Entièrement réalisé en béton armé : Longueur 150 m, largeur 24.20 m et hauteur 30 m.
Le hangar comporte 25 fermes en arc à rotules montées sur pylônes de 18 m de hauteur ( Système Henry Lossier ).
Couverture en tuiles des Ets Minard, une tuile en béton armé fait 3 m2. 
Classé monument historique le 7 Janvier 2003.
Il est actuellement la propriété d'une association.

http://fr.news.yahoo.com/030217/5/31zw7.html
NANCY

Construit vers 1908 dans le Parc de la Chiennerie par la société Astra, ce hangar abrite le grand dirigeable souple « Ville de Nancy ». Il fait partie du 1er réseau aérien prévu pour des déplacements (essentiellement touristiques) en France, par Henry Deutsch de la Meurthe, fondateur de la Compagnie Générale Transaérienne, une des compagnies à l’origine d’Air France..

http://airfrance.business-lab.fr/his_02_pre.htm

 
NEUILLY

En 1901, Alberto Santos-Dumont conçoit et fabrique un hangar pour tester ces dirigeables. Il choisit un terrain rue de Longchamp, et opte pour un système rapide et économique : des poteaux en bois, consolidés par des câbles d’acier, recouverts d’une épaisse toile à rayures rouge et blanche.

ORLY

Ces hangars sont considérés comme un œuvre majeure dans l’architecture industrielle. Construits en 1921 par Freyssinet, ils sont formés d’une voûte parabolique en béton précontraint, d’une hauteur de 58m. Cet espace immense, très bien éclairé, a marqué tous ceux qui ont pu les visiter. Chose impossible aujourd’hui, puisqu’ils ont été détruits par les bombardements en 1944.

 

http://www.enpc.fr/de/trav-elev/beton/Pages/hangarsd’orly.htm

Base navale Franco-américaine de 1916 à 1918.

En 1917, Suite aux attaques des sous-marins allemands le longs des côtes Vendéennes et Bretonnes.

La Marine française décide, la construction d’une base aéronavale sur le site de Paimboeuf près Saint-Viaud, une usine de production d’hydrogène étant située tout près.
Le grand dirigeable "Capitaine Caussin" se posera sur cette base.
La base étant devenue opérationnelle un hangar métallique y est édifié.
En Janvier 1918, la base passe sous le commandement américain.
4 dirigeables et 500 hommes, 250 sorties sont réalisées.
Le 4 Août 1919 des bases de dirigeables le longs des côtes sont désactivées dont cette base.
Sur l’emplacement de cette base historique des présentoirs racontent cette histoire.
Voir la page de Marvin Johnson :
   http://perso.wanadoo.fr/airship/Paimboeuf
 
PAU

Un hangar de la Compagnie Générale Transaérienne (voir Nancy).

Celui-ci abrite le dirigeable « Ville de Pau » : une réussite dans le domaine touristique, car cet aéronef effectue plusieurs saisons pleinement réussies, en 1910 et 1911 (140 ascensions, soit 700 personnes). Il permet de survoler et découvrir la région paloise et les Pyrénées. Puis il est transporté pour une nouvelle saison à Lucerne.

Le hangar abrite également le dirigeable « Espana », avant son départ pour Guadalaraja, pour l’entraînement des officiers espagnols. La compagnie Astra fusionne alors avec la firme espagnole Torrès, pour devenir Astra-Torrès.
VAUGIRARD

Ce hangar à dirigeables est construit dans les Ateliers Lachambre, fabricants de ballons. Il est financé par le brésilien Sévero, pour son dirigeable « Pax », avec lequel il trouve la mort. Puis il abrite le « Bradsky », également malchanceux, et « l’aviateur Roze », qui ne parvient pas à décoller.

REIMS

Hangar en bois construit en 1908, pour le dirigeable « Colonel Renard ». Cet engin remporta le grand prix des aéronats, durant la grande semaine de Champagne, premier grand meeting aérien où la suprématie médiatique des avions et de leur pionniers commença à éclipser les dirigeables.

ROCHEFORT

En 1916, la Marine décide de créer le Centre d’Aérostation Maritime. Les dirigeables sont très utiles pour la surveillance en mer, et escortent les bateaux pour leur signaler les sous-marins.

3 hangars sont construits : le Garnier, en bois, détruit par la tempête en 1935 ; le Picketty, et le hangar Astra. Ces 2 derniers sont baissés de moitié en 1960, les activités de la base se tournant entièrement vers les avions. En 2002, La Marine quitte la Base de Rochefort, en partie reprise par l’Ecole de Gendarmerie. Une étude est en cours pour une éventuelle nouvelle base de dirigeables.
Le hangar de Sartrouville.
Le terrain était situé sur la grande plaine de Sartrouville dans un des boucles de la Seine sur une ancienne carrière
Hangar en charpente de bois, de 65.50 m de longueur, 11 m de large et 16 m de hauteur.
Orienté N-E / S-O, le petit côté N-E est laissé ouvert, deux grands rideaux tirés par des palans font office de portes.
L'arrière du hangar S-O est fermé par une charpente de forme pointue.
A l'intérieur du hangar un parquet recouvre une fosse demi-sphérique qui autorise les essais moteurs.
Ce hangar a abrité plusieurs dirigeables Astra dont le célèbre " Ville de Paris " l'hélice faisait 6 mètres de diamètre et le "Clément-Bayard".
SAINT CLOUD

Dés 1900 , le Parc de l’AéroClub de France se constitue. Tout d’abord consacré aux ascensions de ballons sphériques, il s’oriente vers le dirigeable, notamment avec les recherches d’Alberto Santos-Dumont.

Henry Deutsch de la Meurthe finance un hangar, et lance le 1er grand prix aéronautique : Saint-Cloud – Tour Eiffel – Saint Cloud, par la voie des airs, en moins d’11/2 heure. Santos-Dumont remporte ce prix le 19 octobre 1901.

 
SAINT CYR

Ce lieu permet le développement de la célèbre société Zodiac, spécialisée dans les dirigeables souples.


Construite en 1909, la base accueille des dirigeables jusqu’en 1913 (dont le seul rigide de Zodiac : le « Spiess »). Puis pendant la guerre, elle devient un énorme atelier, employant 4000 personnes, civils et militaires.

En 1944, les bombardements détruisent les installations militaires et la ville. A partir de 1946, la base est amputée de son aérodrome. Elle est maintenant gérée par l’Aéroport de Paris.

TOUL

Cette base militaire, située à Dommartin, était composé de 2 hangars. Elle a abrité le dirigeable « Adjudant Vincennot », opérationnel de 1911 à 1916.

http://www.1914-18.org/france/dirigeables.htm
SIte perso

TOURNON SAINT MARTIN (Indre)

Hangar militaire – L : 105m, h : 34m, édifié à Coudon en 1912, pour le dirigeable « Adjudant Réau », opérant dans les grandes manœuvres de l’ouest. On notera les haubans latéraux, pour l’arrimage au sol.

VERDUN

Pierre angulaire du système de défense français, c’est la 1ère place forte à disposer d’un hangar à dirigeables, dés 1907.
Il abrite le dirigeable « La Patrie » qui, suite à son accident, est remplacé par le« Ville de Paris »

Un 2ème hangar plus grand est construit en 1913 :
L : 110m, l : 40m ; h : 30m.

Ces 2 hangars se distinguent par la forme de leur toit.